Menu

La forêt du Risoud

L’immersion totale dans une des plus grandes forêts de Suisse constitue une expérience inoubliable.
En plein été, alors que la plaine suffoque, nous mettons le cap vers la Vallée de Joux et son grandiose domaine forestier.

Une vue saisissante

À partir du centre du village du Lieu, nous prenons la rue du Vieux Moutier en direction de la France. Depuis la butte du Charoux, nous continuons sur le sentier pédestre traversant le pâturage de l'Allemagne. Nous dépassons une vieille demeure, l'ancien hôtel du Risoud aujourd’hui désaffecté.

La montée vers la frontière française est la seule difficulté de la journée. Nous pénétrons d'abord dans la Forêt de l'Ordon, pour atteindre une première clairière, et déboucher ensuite sur le pâturage bucolique de la Petite Tèpe. La ferme d'alpage de la Grande Tèpe se trouve sur notre droite.
Nous traversons le chemin carrossable venant du Lieu et nous continuons sur le sentier pédestre, qui surplombe la ferme. Avant de pénétrer dans la forêt du Grand Risoud, nous admirons le panorama qui offre une vue saisissante sur la Dent de Vaulion.

En 1646, les bernois décidèrent d’ériger une barrière naturelle afin de contenir les velléités offensives de Louis XIV. Des milliers d'épicéas, plusieurs fois centenaires, peuplent désormais cette partie du Jura vaudois.

Un nom évocateur

S’orienter dans la forêt du Risoud constitue un vrai casse-tête, puisque même les bûcherons ont tendance à s'y perdre. En hiver, la probabilité de s’égarer augmente sensiblement.
Les combiers voient parfois poindre dans la brume matinale, des skieurs hagards confondant la Suisse avec la France. Ce phénomène se vérifie dans les deux sens.
À part la technologie moderne du GPS, il y a tout de même plusieurs autres moyens de maintenir le bon cap.
Les professionnels de la forêt se fient aux numéros de division. Ces numéros délimitent les unités de gestion. Ils sont affichés sur les troncs soit à l’aide de petites plaques ou directement peints sur l'écorce.
La position du soleil, sauf en cas de mauvais temps, offre un moyen simple de s’orienter. En suivant ce parcours en été, nous marchons toujours face au soleil. Mais attention, si le soleil se lève en Suisse, il se couche en France !
Une autre méthode consiste à faire un bref inventaire des refuges du Risoud. Ils portent généralement un nom évocateur. Dans le dédale des chemins forestiers, leur positionnement sur la carte permet immédiatement de s’orienter.
Un raidillon nous amène au refuge Kennedy. Nous obliquons à gauche et poursuivons jusqu'aux Fougères. À travers cette trouée dans la forêt, nous devinons la Vallée de Joux en contrebas.

Le Sentier des Gendarmes

Juste avant de prendre le virage qui descend au Solliat, nous bifurquons sur le Sentier des Gendarmes. Si vous poursuivez tout droit, sans apercevoir le sentier dissimulé dans la verdure, arrêtez-vous au Refuge de la Girouette. Depuis cet endroit, sans revenir sur vos pas, prenez le raccourci à côté du refuge pour nous rejoindre.

Le Sentier des Gendarmes zigzague le long de la frontière française. Nous atteignons le chemin de la Tante; nous le remontons sur quelques dizaines de mètres. La descente nous conduirait au Refuge du Négus. Toujours sur le sentier pédestre nous rallions la clairière des Mines. Ce poste historique a vu défiler des générations de gendarmes, bûcherons, passeurs et autres contrebandiers.

A la hauteur du Refuge de la Marocaine, sur le chemin du Sablon, nous obliquons vers La Gègue. La ferme de La Gègue appelée également La Jaïque ou Grande Landoz se situe en France à 1377 m, au point culminant de notre excursion. Notre regard plonge vers les vastes étendues du jura français.
Nous rejoignons le chemin des Aubert, en contournant la ferme par le sud-ouest. Le retour sur le Sentier s’effectue dans les sous-bois jusqu’à Derrière la Côte. Une dernière descente par la rue de la Tranchée nous conduit au centre du village.

Résumé

Parcours : environ 15 km
Itinéraire : Le Lieu - La Grande Tèpe - Le Sentier des Gendarmes - La Gègue - Le Sentier
Départ : Le Lieu, altitude 1043 m
Point culminant : La Gègue, 1377 m
Arrivée : Le Sentier, altitude 1013 m
Dénivellation : environ 300 m
Durée : environ 5 h 30 (20 minutes au kilomètre + 30 minutes par tranche de 300 m de dénivellation)

Derniers articles